Taxer les banques ne sert à rien

Elle permettrait, à l’instar de la facilité d’éviter à des entreprises ou à des secteurs solides de faire faillite.Dans un document interne cité par le site Techcrunch, le réseau social délivre clairement son argumentation : « sur les campagnes numériques, la précision du ciblage est en moyenne de 38%, alors qu’elle est de 98% pour Facebook ».Ces deux points ne sont pas négociables.Cela suppose l’adoption de mécanismes techniques sophistiqués, lourds et coûteux dont certains doutent qu’ils puissent être mis en oeuvre.Or on sait que la crise bancaire espagnole a été provoquée par les caisses d’épargne de petite taille.Au moment où un début de désaffection à son égard, notamment de la part de son audience jeune, commence à se profiler, alors que le débat sur la protection des données personnelles reste très vif, cette menace n’est pas mineure.Le tangage du gouvernement et les innombrables versions du texte ont finalement exacerbé les inquiétudes sans dégager une unanimité.En modifiant en profondeur nos modes de vie et notamment notre manière de nous déplacer, nous pourrons faire bouger les règles qui encadrent la mobilité et donner enfin une vraie place aux déplacements alternatifs et collectifs.En principe, le potentiel de la région pour une industrialisation intensive en main-d’œuvre est grand.Comme dans la Kula, le système d’échange des Maoris, nous jouons au jeu de « l’échange volontaire obligatoire », à la fois parce que nous le voulons bien mais aussi parce que la tradition nous y oblige, faute de quoi nous risquons à l’instar des indigènes de rompre nos relations.Par ailleurs, un « observatoire de l’inclusion bancaire » produira chaque année un rapport évaluant les pratiques des établissements de la Place en la matière.De nombreux index ont réévalués leurs ratios sur le pays provoquant brusquement d’immenses quantités de devises étrangères dans le pays. Pour lui ce n’est pas « le monde qui est une scène », ce qui laisserait supposer que la réalité serait à l’intérieur de soi mais que « chaque monde social est une scène ».Nous refusons dorénavant d’accorder une protection basique à nos citoyens les plus fragiles et livrons sans scrupule leur existence et leur destinée aux cycles de l’activité économico-financière.Dans les deux cas, le pouvoir pourrait sortir affaibli de ces votes, ce qui ne rassurera guère les marchés.Une solution réside dans une politique anticyclique?: mesures de dissuasion envers des emprunts étrangers quand l’économie reprend, mesures de prévention envers la fuite des capitaux, quand elle ralentit. Il y a alors un lien qui se créé entre le e-commerçant et les internautes grâce à ces technologies.Au même titre que le repas de famille élargi au soir de Noël.Dans ce contexte d’efforts partagés, on pourrait envisager une augmentation d’un point de la CSG, dont le produit pourrait être réparti entre l’assurance-maladie et les retraites.Car plus les gens s’entendent bien avec vous, plus ils vous apprécient, plus l’entreprise réussit », défend Victor Sossou. Une conférence est organisée sur le sujet, le 9 avril prochain à Rome, entre les autorités italiennes et françaises (AAMS et Arjel).Et cela avec beaucoup plus de facilité que ses grands concurrents qui doivent jongler avec les cookies, les adresses IP pour faire remonter de l’information.Selon certaines estimations, le total des calories utilisées dans les biocarburants en Europe équivaudrait à une quantité qui pourrait nourrir 100 millions de personnes.Même si on perçoit la volonté du gouvernement de simplifier le projet de loi et de régler les problèmes les uns après les autres, on ne peut pas croire qu’un texte régulant les rapports entre les différents niveaux institutionnels de la République puisse être à ce point déconnecté des grands secteurs d’avenir.Il faudrait toujours que ces formations représentent un investissement en temps et/ou en argent, si nécessaire accompagné par des aides.

Publicités