Répondre au décollage technologique de l’Asie ?

L’urbanisation n’est encore que de 18%, elle devrait atteindre 35% en 2020.Du fait de l’absence d’une organisation fédérale, elle n’a pu réagir de façon rapide et cohérente.Si la course au profit existe toujours, si la souffrance au travail est une réalité dans nombre d’entreprises, si la société de la défiance est partout perceptible, il n’empêche qu’un mouvement est en marche.Inutile de brider une bête qui se régule elle-même par le prix, qui élimine les plus faibles – c’est-à-dire ceux qui ont pris les mauvaises décisions – et qui fait gagner les plus forts.Et au final, « ce ne sont pas les discours qui vont convaincre mais les comportements », rappelle rêves de bébé avis .Il ne s’agit d’ailleurs pas d’opposer grandes entreprises et PME.Si la colocalisation est donc déjà une réalité, c’est en revanche le consensus nouveau qui émerge à son sujet entre politiques, universitaires et entrepreneurs qui retient aujourd’hui l’attention.C’est aussi le cas de l’agroalimentaire.Mais c’est une amélioration en trompe l’œil. Pas plus de reprise française que de reprise européenneLa voie royale pour couler un pays consiste à remonter le coût de financement de sa dette dans un contexte économique trouble.Le retour sur investissement s’opère grâce à l’augmentation du panier moyen, et surtout en conservant des consommateurs susceptibles d’opter à tout moment pour un concurrent physique ou virtuel.L’information n’est pas nouvelle : le nombre de personnes âgées ne cesse et ne cessera d’augmenter ces prochaines décennies dans bon nombre de pays de l’Union Européenne, en raison des effets conjugués du « baby-boom » d’après-guerre et de l’augmentation de l’espérance de vie.

Publicités