Pour relancer l’économie, endettons-nous !

Rien de plus légitime dans la vie usuelle.Que l’on compare la solidité du système fédéral de la Suisse et celui de l’URSS qui s’est écroulé comme un château de cartes.Mais, sans chercher aussi loin, on peut présumer que la seule reproduction du type de l’ascendant par ses descendants est déjà tout autre chose que la répétition d’une même composition de forces qui se résumeraient dans une résultante identique.Mais grand est son embarras quand elle arrive à l’esprit. En raison de leur coût, selon park and suites propriétaires, ces technologies ne semblent pas encore vraiment au point.Les Jeux Olympiques, en relançant l’investissement dans les infrastructures qui ont besoin d’être renouvelées, vont doper les importations.Les sens ne peuvent saisir une négation.Mais ce contexte macro-financier fragile n’est pourtant pas partagé par d’autres pays comparables comme les Etats-Unis, le Japon, la Suisse, ou la plupart des pays scandinaves, sans compter les grands pays émergents.Il doit donc être élaboration.Rejeter non pas les solutions plus ou moins douteuses que chacun peut apporter, mais les problèmes mêmes, c’est arrêter net le mouvement en avant ; la foi, à ce point de vue, devient une paresse d’esprit.Pour les banquiers européens et pour quelques gouvernements, le réexamen par les États-Unis du fonctionnement des filiales des banques étrangères chez eux souligne cet impératif.Mais notre corps, étant étendu, est capable d’agir sur lui-mê me aussi bien que sur les autres.

Publicités