L’emprunt plutôt que la rigueur

Pour ramener les marges bénéficiaires de l’industrie française à leur niveau de 2000, il faudrait qu’elles augmentent en 2013 de 50 milliards d’euros.C’est un vrai problème plaide femmes russes qui regrette le « sauve qui peut » général, y compris quand il s’agit de faire accepter le principe d’une facilitationLa réforme fiscale, un leurre masquant les vrais problèmes?Les interprétations catégoriques du principe de précaution sont l’expression d’un état de la société dans lequel l’analyse risques/bénéfices a été abandonnée, à la fois au plan collectif et au plan des décisions individuelles, au profit d’un rejet massif du risque.Alors que s’engage la discussion du projet de loi de transition énergétique, la France est confrontée à un défi essentiel pour respecter ses engagements environnementaux à l’égard de l’Europe : inciter les ménages, entreprises et collectivités à réduire leur consommation énergétique, avec un budget « vert » minimaliste.Le processus demeure fragile.C’est précisément afin de remédier à l’insuffisante maturité de son agriculture et de son système industriel, mais aussi pour consolider sa compétitivité extérieure, que le Maroc a progressivement assorti son volontarisme commercial par des dispositions de politique générale.L’indépendance étant une des clés de la crédibilité du processus budgétaire, on confiera le mandat de ce travail d’analyse prospective à une institution indépendante, par exemple au Haut conseil des finances publiques ou à la Cour des comptes, en s’inspirant notamment du Congressional Budget office aux États-Unis ou du Parliamentary Budget Officer au Canada.L’effet mode peut-il s’estomper? Aujourd’hui, la masse de bitcoins en circulation dans le monde équivaut à environ 9,6 milliards d’euros.Par ailleurs, comprenant des exigences de libéralisation et d’accès facilités aux marchés, les mesures de « facilitation des échanges » seraient extrêmement coûteuses à mettre en œuvre pour les « pays en voie de développement » et profiteraient surtout aux entreprises multinationales, sans que les pays industrialisés ne fournissent une assistance technique et financière pour leur mise en œuvre.La SPD n’a pas insisté, tant il est vrai que l’Europe n’est guère porteur sur le plan électoral outre-Rhin – et encore moins lorsque l’on en défend une version plus solidaire.C’est aussi oublier que l’Allemagne a connu ses révolutions en 1848 ou en 1919, qui ont été manquées, mais qui ont conduit, elles aussi, à des « réformes par le haut.

Publicités