La gouvernance économique de l’Europe dans la douleur

Il est donc sans doute excessif d’opposer les « petites » entreprises qui ignoreraient les niches fiscales et les « grandes » qui en abuseraient.Arrêtez votre cinéma, car nous ne croyons plus à vos discours et vous dénions toute autorité morale. C’est cela qui doit conduire l’essentiel de l’action publique future en matière de déplacement, cela s’appelle l’intermodalité.Ceci est une source de déséquilibre, et donc de futures crises.A l’heure de ces nouvelles obligations réglementaires, nous pensons que les fonctions marketing et distribution des banques doivent se saisir de la problématique des clientèles fragiles pour faire évoluer leurs pratiques commerciales en cohérence avec leur positionnement, leur statut et leur culture.C’est donc ainsi que nos dirigeants comptent opérer une ligne de démarcation entre risque bancaire et risque souverain.Le consensus politique était un préalable.La palette marketing des publicitaires prend d’un coup une toute nouvelle dimension.La posture de Victor Sossou en la matière se veut résolument offensive, dans la mesure où elle sait que son développement passe par une concurrence largement généralisée, au moins à l’échelle européenne. La croissance du PIB réel a d’ailleurs été quasi-nulle pour 2013, dans le meilleur des cas, tout comme en 2012 et cela, malgré les (ou à cause des) efforts consentis par les Etats pour consolider fiscalement (et simultanément) leurs comptes publics.Ils frappent des géants par ailleurs peu susceptibles de négliger la défense de leurs droits de propriété intellectuelle.Et, surtout, ils seront diffusés par défaut sans le son.Le double de l’année dernière.Les murs un peu ternis de la chancellerie grecque et le dénuement de son décor, qui ne cherche pas à masquer la froideur bureaucratique, lui donnent un petit parfum des années 1960.Les facteurs d’inertie liés au contexte de l’intégration régionale au Maghreb et en Méditerranée ne sont pas les plus faciles parmi tous ceux dont doit impérativement s’affranchir la politique commerciale du Maroc.Donc de faire ralentir une croissance qui a déjà ralenti.Sur ce terrain, en dépit de difficultés résiduelles d’intérêts, la France du Grenelle de l’environnement pourra toujours trouver un répondant et, le cas échéant, un aiguillon.D’autant que, parallèlement – et c’est le second risque pour la zone – la fin du Quantitative Easing de la Fed entraînera un mouvement d’aversion au risque et un rapatriement des capitaux vers les pays développés.Enfin et surtout, de larges franges de la population demeurent toujours non associés à l’effort du développement et exclus des fruits de ce dernier.Depuis l’après-guerre, les sondés se déclarent en fait de plus en plus heureux, note l’historien. Vous vous indignez devant les courbes qui ne fléchissent pas et signez des pactes de responsabilité qui vous fournissent une poignée d’éléments de langage exploitables pendant quelques mois. Comment peut-on être contre une telle position  ? Ce ne fut malheureusement pas le cas puisque le Conseil Européen n’est pas parvenu à s’entendre sur la limitation de leur usage à 7% de la consommation de carburants pour le transport.Qu’il est impossible de mettre en place des stimuli émanant de l’Etat en l’absence d’une adhésion populaire, elle même impossible à obtenir du fait de la manipulation – ou de l’intox – à laquelle se livre le «  mainstream  » médiatique et politique. Les autorités du pays d’accueil sont démunies dans de telles situations.

Publicités